La plasticienne congolaise Maguy Yohari, présidente de l’Association congolaise des artistes plasticiens (ACAAP), a opté pour la réalisation des sculptures monumentales afin de se démarquer davantage de la production artistique générale en milieu de jeunes plasticiens de son époque, a-t-elle déclaré jeudi, au cours d’un entretien avec l’ACP.

Cet artiste féminin a affirmé sa détermination d’exprimer son talent dans réalisations de ce type d’œuvres d’art qui intéresse moins les artistes femmes et son engagement à promouvoir «une expression artistique plurielle» avec des matériaux divers, influencés notamment par la céramique et la sculpture monumentale, à l’instar du bronze, de l’émail et du bois.

Dans quelques unes de ses œuvres, «Le Sacrifice» et «La Médiatrice», deux sculptures monumentales exposées dans les «Jardins des premiers» à la primature, la femme artiste,  présente de toute part, une expression vivante de l’art, dès par la composition physique, les tenues des personnages qui exaltent la beauté et la vivacité d’une œuvre monumentale.

La sculpture en bois «Le Sacrifice» d’environ 1,50 m, présente un homme, torse nu, en culotte  entrain de tailler le roc, symbolise du travail laborieux et du dépassement pour les autres tandis que «La Médiatrice», également de 1,50 m, montre une dame en tenue presque légère pensive, pleine de charme, renvoie aux capacités d’une femme d’apaiser les esprits par sa tempérance, son charme, etc.

Née le 7 juillet 1975 à Kinshasa, Maguy Yohari est graduée en céramique à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa (ABA), depuis 1999. Avec l’envie de s’exprimer, elle embrasse outre la céramique, la peinture et la sculpture monumentale.

Elle a participé à de nombreuses expositions organisées tant au pays, qu’à l’étranger notamment en France, en Belgique et en Allemagne, avec une expérience de plus de 20 ans dans sa passion de créer.

ACP


(BTT/PKF)