Alors que les parents d’élèves sont dans la fièvre de l’édition 2019-2020 de la rentrée scolaire prévue le 02 septembre prochain sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo, les notabilités de la province de la Tshopo ont convenu de tirer au claire les charges que font peser certaines institutions publiques et confessionnelles sur les parents.

Ces institutions ont notamment créé des frais connexes en augmentation progressive chaque année au détriment des parents. Dans la foulée, les arguments des séminaristes révèlent les pratiques vicieuses des gouverneurs des provinces et des confessions religieuses, en l’occurrence les coordinations des écoles conventionnées, qui n’ont cessé de multiplier des stratégies de rançonnement des parents au pouvoir d’achat modique.

Délibérément, il s’agissait pour eux des occasions en or massif de fixer à l’excès les frais des évaluations certificatives que sont le Test national de fin d’études primaires (Tenafep) et l’Examen d’Etat.

Au demeurant, ces instances qui ont la charge de la formation scolaire de terrain avaient la manie de faire mains basses sur ces frais décriés pour se bâtir impunément une fortune sur le dos des parents. Depuis des décennies, les parents d’élèves figurent dans la frange de la population longtemps fragilisée par un contexte économique difficile, en même temps que le pays subit de plein fouet la chute des cours de change.

Il en ressort que personne n’aurait, peut-être, trouvé à redire si ces pratiques sournoises n’étaient pas devenues, tout comme les magouilles dans la passation des marchés publics, de réels freins à la promotion de l’éducation de base et surtout, à une formation de qualité.

A Kisangani, c’est sur ces entrefaites que le Gouverneur de la province de la Tshopo, Wale Lofungola, a tracé les grandes lignes, saisissant l’opportunité de ces assises. L’objet étant la promotion scolaire 2019, ces assises sont tenues pour savoir Comment promouvoir la bonne gouvernance du système éducatif et le leadership efficace pour la mise en œuvre effective de la gratuité de l’éducation de base.

A ce sujet, le gouverneur Wale a dit espérer procéder par un assainissement du secteur de l’enseignement dans sa province. Il tient par ce fait redynamiser le système éducatif de ce sous secteur à l’issue de la collecte des données statistiques. Ceci, dans le souci d’atteindre les objectifs assignés par la politique nationale du système éducatif.

Point n’est besoin de rappeler que le chef de l’exécutif provincial a rassuré de l’effectivité de la gratuité de l’enseignement de base pour l’année scolaire 2019-2020 à la suite des résolutions de l’atelier.

L’effectivité de la gratuité de l’éducation de base à travers toute l’étendue de la République Démocratique du Congo est le sujet qui est au cœur des préoccupations. D’autant plus qu’à Kinshasa, le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel a fait de cette question son cheval de batail, en organisant un deuxième forum national du genre, du 12 au 17 août au Fleuve Congo Hôtel, à Kinshasa.

Ce 2ème forum intervient après plusieurs pétitions lancées par les organisations de la société civile afin d’exiger, notamment la gratuité de l’enseignement primaire, la suppression des frais de scolarité non pertinents dans l’enseignement secondaire.

L’objectif reste celui de déterminer les modalités appropriées pour une mise en œuvre effective de la gratuite de l’éducation de base à partir de l’année scolaire 2019 – 2020.

Raymond Okeseleke


(ROL/GW/Yes)