Le retard pris dans l’exécution des travaux de construction des sauts-de-mouton et des soupçons des détournements des fonds relatifs au programme d’urgence des 100 jours du chef de l’Etat sont au cœur d’une enquête judiciaire depuis des semaines. Le Directeur général de l’Office des Routes (OR) a été interpellé jeudi 27 février sur l’utilisation des fonds alloués à son entreprise qui supervise quelques travaux dans le cadre de ce programme d’urgence. Il est resté en détention préventive au parquet de Matete et pourrait être transféré à la prison centrale de Makala.

Dans une lettre du 14 février, Herman Mutima Sakrine accusait le Directeur Général de la société chinoise CREC7/RDC de bloquer la reprise des travaux des sauts-de-mouton.

L’Office des Routes avait pris l’engagement de construire et de réhabiliter à travers toute la République 2800 km des routes, 42 bacs et 34 ponts. Il était également chargé de réhabiliter la route partant de Kikwit à Batshamba et de Batshamba à Gungu dans l’ex Bandundu.

L’interpellation de son DG intervient quelques jours après celles des directeurs généraux de Safricas, l'américain David Blattner, et du responsable des entreprises Samibo Congo et Husmal, le libanais Jammal Samih.

Gisèle Mbuyi


(GMM/PKF)