L’Agence congolaise de presse (ACP) ouvre le bal avec le dernier conseil des ministres et titre : « Le gouvernement décide la reprise des mouvements migratoires interprovinciaux et des vols internationaux ». Le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi a présidé vendredi, par visioconférence, la réunion du conseil des ministres qui a décidé de la reprise des mouvements migratoires interprovinciaux, rapporte l’ACP. « Selon le compte rendu fait par le ministre d’Etat, ministre de la Communication et médias, David-Jolino Diwampovesa Makelele, ces mouvements sont d’une part assujettis à l’obligation de détention d’une attestation médicale, confirmant le résultat du test négatif et, d’autre part, assortis de l’obligation du respect des gestes barrières. », relaye l’agencier.

Du côté de ACTUALITE.CD, le média en ligne évoque des tractations menées par le groupe de 12 personnalités politiques et de la société civile autour des réformes du processus électoral et titre : « RDC : les 12 personnalités et l'Eglise catholique ont plusieurs points de convergence sur les réformes électorales, affirme Lubaya. » Le groupe des personnalités qui militent pour le consensus sur les réformes électorales continue ses consultations des forces vives du pays, annonce ce média. Il a échangé, vendredi 14 août, avec le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu, ajoute-t-il. Faisant savoir qu’après cet "échange constructif et enrichissant", la délégation affirme avoir plusieurs points de convergence avec l'Église catholique.

Dans un autre registre, cette fois de la justice, Cas-info.ca parle de la convocation manquée de l’ex-ministre des Finances à la justice. « Détournement présumé des deniers publics: un nouveau mandat de comparution sera lancé contre Henri Yav Mulang », titre ce média. Henri Yav Mulang, ancien ministre des Finances sous les gouvernements Matata et Tshibala, n’a pas répondu, jeudi 13 août, au mandat de comparution qui lui a été lancé par le procureur général près la Cour d’appel de la Gombe dans le cadre des enquêtes sur la traçabilité des recettes et dépenses de l’Etat. « Il n’est pas venu répondre. Un nouveau mandat lui sera lancé pour comparaître prochainement », a confié à CAS-INFO, une source judiciaire proche du dossier. Pour Cas-Info.ca, Henri Yav devrait éclairer le parquet sur des faits infractionnels qui lui sont imputés dans le cadre du dossier des avances fiscales de 100 millions de dollars payées début 2015 par le minier Mutanda Mining à l’Etat congolais.

Dido Nsapu


(DNK/PKF)