Les professeurs et membres de l’Association des corps académiques et scientifiques de l’université de Lubumbashi ont pris le samedi 15 août la décision de déclencher un mouvement de grève pour réclamer l’amélioration de leur barème salarial.

Le Pr. Jean-Claude Moket, secrétaire général de l'Association des professeurs de l'UNILU, a souligné qu’ils demandent le trop-perçu sur les véhicules. C’est depuis 2007 que le gouvernement devait à chaque professeur bénéficiaire de 3000 dollars, le barème salarial qui est conforme au statut de l’UNESCO, parce que la RDC est membre de l’UNESCO, la mécanisation ainsi de tenir compte de leurs grades.

Il a laissé entendre que tant que le professeur ne sera pas bien payé, l’étudiant restera la victime expiatoire et la vente des syllabus sera obligatoire et souhaite voir l’enseignant vive de son salaire sans oublier l’IPR.

Le Pr. Jean-Claude Moket a rappelé que lorsqu’ils étaient à Kinshasa, ils avaient demandé que l’IPR ne peux être appliqué que lorsque le salaire était amélioré et son souhait porte sur la non application de l’IPR tant que le salaire n’est pas amélioré, avant de signaler que tant que ces revendications ne seront pas répondues positivement, il n’y aura pas cours à l’université de Lubumbashi.

Sylvie Meta


(SM/ROL/Yes)