Les personnes vivant avec handicap étaient face à leur ministre de tutelle, Mme Irène Esambo, en vue de trouver une issue favorable à l’état de mendicité et de précarité dans lequel elles sont engluées.

Au cours de la rencontre, la délégation constituée exclusivement des personnes en situation de handicap, a fait savoir que 80 pourcent de cette catégorie de personnes qui exerçaient des activités lucratives au poste frontalier Kinshasa-Brazzaville, font face à une situation de précarité consécutive à la crise sanitaire mondiale déclenchée par la pandémie de la Covid-19.

En conséquence, la plupart de ces concitoyens se trouvent être éparpillés à travers la capitale pour procéder au recollage de rue et à la mendicité, actes qu’ils ne cessent de juger comme avilissant et dégradant en ces temps modernes.

Il en ressort qu’au niveau des frontières, les personnes vivant avec handicap se plaignent pour la marginalisation dont elles sont victimes aux frontières. Elles ne sont généralement pas prises en considération comme des personnes à part entière par les services de l’Etat.

Pour sa part, Mme Esambo s’est dit être attentive aux doléances de ses hôtes avant de promettre de faire écho de leur revendication au niveau du gouvernement pour des solutions appropriés.

Raymond Okeseleke


(ROL/Yes)