Plus de 1. 500 000 million écoliers ont passé du 26 au 27 août le Test national de fin d’études primaires (TENAFEP) sur l’ensemble du territoire national, cinq mois après la fermeture des écoles dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire consécutif à la Covid-19.

Ils étaient plus de 80 000 dans la province de Nord-Kivu. Mais au dernier jour de ces épreuves, un drame s’est produit dans un centre d’examen à Masisi où cinq écoliers ont été massacrés par un groupe armé non encore identifié, selon le ministère provincial de l’éducation qui a confirmé cette information livrée par Kivu Security, un projet conjoint de Human Rights Watch et le Groupe d’étude sur le Congo.

L’attaque a eu lieu au moment où ces élèves s'apprêtaient à passer leur test des mathématiques et sciences. Par ailleurs, deux enseignants se trouvent parmi les personnes enlevées par ce groupe armé, précise la même source.

La Représentante adjointe de l’UNICEF en RDC, Katya Marino, qui condamne avec « la plus grande fermeté cette attaque », appelle toutes les parties au conflit à « protéger les écoles et assurer la sécurité des enfants conformément au droit international. »

Socrate Nsimba


(SNK/Yes)