L’ambassadeur pour les enfants de la RDC, Solange Ghonda, n’a pas pu contenir ses larmes après la tuerie de cinq écoliers finalistes du primaire, le jeudi 27 août au centre Ngoyi dans le territoire de Masissi au Nord-Kivu, dans un violent affrontement entre les forces négatives et les FARDC, alors qu’ils s’apprêtaient à passer le TENAFEP (Test national de fin d’études primaires).

Tout en présentant ses condoléances aux familles éprouvées par cet assassinat, Mme Solange Ghonda a condamné avec énergie cet odieux acte criminel. « Pourquoi autant de violence ? », s’est-elle interrogée en soulignant que « nous sommes des bantous, dans notre culture la vie humaine est sacrée ». Elle a rappelé que la Constitution de la RDC consacre le caractère sacré de la vie humaine et qu’il revient à chacun de nous de protéger la vie, à la sauvegarder.

L’ambassadeur des enfants de la RDC soutient qu’aucune raison ne peut justifier toute cette violence. Elle en a appelle à des poursuites judiciaires contre ces milices qui sèment gratuitement la mort à l’Est du pays.

L’assassinat des élèves finalistes du primaire à Masissi a suscité beaucoup de réactions. La première est celle du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, qui a condamné cet acte ignoble et rassuré de son engagement d’y mettre fin. La présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, qui a appris avec grande tristesse cet ignoble assassinat, a appelé le gouvernement à tout mettre en œuvre pour protéger tous les enfants, en particulier les élèves en terminale primaire et secondaire dans les zones d’insécurités et à traduire en justice les auteurs de ces actes innommables.

Théodore Ngangu


(TN/Yes)