Le soutien de Martin Fayulu à la démarche de déchéance du président Félix Tshisekedi a suscité une vive polémique, y compris au sein de l’opposition en République démocratique du Congo. Théodore Ngoy, avocat et ancien candidat à la présidentielle de décembre 2018 a entamé une démarche auprès du parlement pour mettre en accusation le président de la République. Cela, après les ordonnances, prises par le président Tshisekedi, nommant trois nouveaux juges à la Cour constitutionnelle.

Estimant que ces nominations violent la Constitution, l’avocat Theodore Ngoy est allé recueillir le soutien de l’opposant Martin Fayulu. Un soutien qui a été critiqué notamment par le député de la plateforme Lamuka, Jean-Claude Mvuemba. Pour ce dernier, il est inconcevable que ce duo initie pareille démarche. « Le duo Fayulu-Ngoy veut la déstabilisation de notre pays, il est tout à fait inadmissible que Fayulu continue à véhiculer sa haine. Et s’il reconnaît la légitimité de la justice congolaise et le vote du parlement sorti des élections de 2018, pourquoi continue-t-il à se proclamer Président élu ? », s’est interrogé Jean-Claude Vuemba, élu de Kongo central.

« Voir Fayulu soutenir les deux juges qui ont refusé l’ordonnance présidentielle est une insulte. Et puis de quel parlement Fayulu souhaiterait qu’il puisse porter cette affaire devant leur juridiction », a-t-il ajouté.

Pour rappel, sur les trois juges remplacés à la Cour constitutionnelle, deux juges ont été nommés à la Cour de cassation. Il s’agit du magistrat Kilomba et Ubulu. Ces deux juges ont refusé de prêter serment comme magistrats affectés à cette Cour. Ils ont écrit au président de la République pour qu’ils achèvent leur mandat à la Cour constitutionnelle jusqu’en avril 2020. Martin Fayulu et Théodore Ngoy estiment que les nominations de ces deux juges à la Cour de cassation est une violation intentionnelle de la Constitution par le chef de l’État. C’est ainsi qu’ils invitent le parlement à destituer le président Félix Tshisekedi.

Dido Nsapu


(DNK/Yes)