Dans un communiqué signé, lundi 31 août 2020, par son secrétaire général adjoint, Alfred Mote, le regroupement politique Convention des Congolais Unis et Alliés (CCU), condamnent les «arrestations arbitraires et tortures» contre ses militants, commanditées par le gouverneur de la province du Sankuru, Joseph-Stéphane Mukumadi. Le regroupement de Lambert Mende n’a pas digéré ces actes et « condamne » les « arrestations arbitraires », « séquestrations et tortures commises par des éléments de la police et de l'armée sur ordre de sieur Mukumadi sur les camarades Armand Ndjudi (dont la vidéo de torture est postée sur les réseaux sociaux). »

Pour la CCU et Alliés, « ce jeune militant, ainsi que 3 autres ont été ciblés à cause de leurs opinions publiques.» Ce regroupement qualifie de « prédateur des droits humains » l’actuel gouverneur de Sankuru. « Ils [CCU et Alliés] interpellent une fois de plus les autorités nationales sur l'impasse politico-judiciaire de la crise institutionnelle explosive au Sankuru et en appellent à des initiatives politiques appropriées conformes au droit positif congolais, pour que soit mis hors d'état de nuire ce prédateur des droits humains et sa bande qui désacralisent l'État de droit prôné par le chef de l'État.»

Par ailleurs, la « CCU et Alliés restent solidaires de toutes les victimes de la mégalomanie du gouverneur déchu et les invitent à s'en remettre à la justice pour que la force reste à la loi. » Plusieurs actes d’intolérance ont été rapportés au Sankuru. Des journalistes de la RTNC Lodja ont été arrêtés et cette station fermée. Pour cause, ce média n’aurait pas suffisamment couvert le retour du gouverneur au Sankuru, après un long séjour à l’étranger, d’après certaines sources. Des arrestations et fermeture qui avaient fait réagir l’ONG Journaliste En Danger (JED), exigeant la libération des journalistes ainsi que l’ouverture de la station RTNC Lodja.

Dido Nsapu


(DNK/Yes)