Cette situation fait quelques blessés non encore dénombrés, mais aucune perte en vie humaine n’a été signalée, selon la société civile. Toujours cette même source affirme que les disputes qui ont opposé depuis mercredi dernier les habitants de Bena Nshimba et le Bena Kapuya se sont encore poursuivies vendredi 4 septembre 2020.

L’accès des Bena Nshimba dans une zone interdite d’exploitation aux trois communautés en conflit depuis plusieurs années est à la base de cette escalade. Selon la source, cet accès a été sollicité par un agent de l’ordre qui exploite cette zone tampon.

Au cours des affrontements, les Bena Nshimba ont constaté que leurs adversaires devenaient de plus en plus forts dans le combat malgré la riposte. Ils sont allés à leur tour attaquer les Bena Muembia, les soupçonnant d’être venus en renfort aux Bena Kapuya, explique la source.

C’est ainsi que plusieurs maisons de Muembia et celles de Bakwa Tshitolo ont été incendiées depuis jeudi jusqu’à vendredi. L’administrateur du territoire signale que la police déployée pour s’interposer s’est repliée, « car les antagonistes utilisent des armes de fabrication locale. »  Et pendant ce temps, les forces armées sont mises à contribution pour rétablir l’ordre. Mais la tension est encore vive dans la zone, ajoute la source.

Gisèle Mbuyi


(GMM/PKF)