L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE annonce pour l’Assemblée nationale, l’examen ce jeudi en plénière du projet du calendrier de la session de septembre. Les députés nationaux vont examiner, ce jeudi en plénière,  l’avant-projet du calendrier de la session de septembre 2020 de la Chambre basse du Parlement, a fait savoir le rapporteur de cette institution, le Pr. Célestin Musao, mercredi à l’issue de la réunion de conférence des présidents.

Pour le bulletin quotidien, la Chambre basse examinera également des rapports des institutions d’appui à la démocratie en plus du contrôle parlementaire qui lui tient à cœur, a ajouté le Pr. Musao.

Le Rapporteur a également fait mention dans sa restitution d’une réquisition du procureur général de la République près la Cour de cassation à l’endroit de quelques membres du Gouvernement qui doivent répondre devant la justice.

L’AVENIR annonce en sa manchette une session aussi politique que budgétaire. Selon le quotidien de l’avenue Bas-Congo, tout en restant ouvert, il prévoit notamment l’examen de la réforme électorale, à travers la proposition de Christophe Lutundula.

Le calendrier aligne aussi une réquisition du Procureur Général près la cour de cassation, qui sollicite une autorisation de l’Assemblée nationale pour initier des poursuites à l’endroit de certains membres du Gouvernement visés par tels ou tels autres faits, indique L’AVENIR.

FORUM DES AS ajoute sur le même sujet que les propositions de lois G13 et Lutundula à l'ordre du jour. Selon le quotidien de Limete, enfin, la tension baisse entre le bureau de l’Assemblée nationale et les députés membres du groupe de 13 personnalités politiques, rejoint par l’élu G7, Christophe Lutundula.

Des sources proches de l’hémicycle, les deux propositions de lois ayant fait couler beaucoup d’encres et de salives, sont finalement retenues parmi les matières à examiner au cours de la session parlementaire en cours, dans les deux chambres législatives.

Il s’agit de la proposition de loi portant modification de la loi électorale, initiée par les députés Delly Sesanga, Henry Thomas Lokondo, Anaclet- Claudel Lubaya, Jacques Ndjoli, Patrick Muyaya, Jean-Jacques Mamba, tous du Groupe de 13 et celle sur la réforme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), initiée par Christophe Lutundula.

LE POTENTIEL qui revient sur la loi de finances 2021, titre que le retard pris par le gouvernement Ilunga viole la Constitution. Il ressort du quotidien de l’avenue Bas-Congo que c’est dans un silence total que la classe sociopolitique et dirigeants de la RDC s’accommode aux récurrentes violations de la Constitution par différentes équipes gouvernementales qui se sont succédé au niveau central, notamment, en ce qui concerne les délais impartis pour le dépôt au Parlement de la loi des finances pour l’exercice suivant.

Selon le même confrère, le gouvernement Ilunga Ilunkamba s’est également inscrit dans cette logique qui dénote d’un dysfonctionnement dans la gestion des affaires publique, car ayant largement dépassé le timing prescrit à l’article 126 de la loi fondamentale.

CAS-INFO.CA note pour sa part que cet avant-projet du calendrier reste ouvert et la plénière va lever l’option définitive sur les matières à traiter par les députés nationaux.

Et concernant les 15 jours passés sans plénière, l’honorable Rapporteur a précisé que le travail du député national ne peut être réduit à la seule plénière. Les députés devaient peaufiner toutes les matières avant de démarrer effectivement les plénières qui ne sont qu’une face du travail qu’abattent les élus nationaux, écrit CAS-INFO.CA.

Raymond Okeseleke


(ROL/PKF)