7SUR7.CD qui ouvre le bal, titre sur les propos du président congolais, Félix Tshisekedi parlant de son prédécesseur, Joseph Kabila : "Je tiens à ce que mon prédécesseur vive paisiblement. Demain, ce sera mon tour de devenir ancien président". Dans un entretien accordé à des journalistes congolais vivant en Belgique, jeudi dernier à Bruxelles, écrit ce média en ligne, « le président de la République Félix Tshisekedi a exprimé sa volonté d'assurer à son prédécesseur Joseph Kabila une vie paisible, pour la réussite de l'alternance du pouvoir intervenue au mois de janvier 2019 au pays. »

Selon ce confrère, Félix Tshisekedi a, de ce fait, « appelé à la tolérance vis-à-vis du 4ème président de l'histoire de la République démocratique du Congo. "Je veux que cette alternance réussisse. C’est une expérience sans précédent dans l’histoire de notre pays. Je tiens à ce que mon prédécesseur vive paisiblement. Il faut être tolérant. Demain, ce sera mon tour de devenir un ancien président", a déclaré le chef de l'État. »

Un autre dossier qui a attiré l’attention des médias, c’est l’érection de Minembwe au rang de commune rurale. Le ministre en charge de la Décentralisation, Azarias Ruberwa a procédé à l’installation de son bourgmestre. Et ACTUALITE.CD titre : « Fayulu: ‘‘Je demande aux Congolais de s’opposer à l’instauration de Minembwe en commune rurale’’ » La situation à Minembwe (Sud-Kivu) commence à prendre des allures davantage inquiétantes, fait remarquer ACTUALITE.CD. Chacun y va de sa réaction. Ce samedi, c’est Martin Fayulu qui lance son mot d’ordre, note ce site. « Je demande aux Congolais de s’opposer à l’instauration de Minembwe en commune rurale », appelle Martin Fayulu, repris dans les lignes de ce média. Il considère que c’est une « initiative téméraire » qui est, dit-il, « une sérieuse menace à l'intégrité territoriale de la RDC », rapporte ACTUALITE.CD. Ainsi, poursuit le ce site d’information citant Martin Fayulu, il invite « le peuple congolais à la vigilance de manière à faire échec à ce plan de balkanisation du pays ».

Sur cette même affaire, CAS-INFO.CA titre : « Azarias Ruberwa attendu à l’Assemblée nationale ». Pour CAS-INFO.CA,  le député national élu de Goma, Mohindo Nzangi a annoncé que le ministre d’État en charge de la Décentralisation et Réformes institutionnelles qui séjourne dans la partie Est du pays sera interpellé, afin de permettre à la représentation nationale de bien comprendre la question de [Minembwe].

Par ailleurs, 7SUR7.CD revient sur la présence des militaires zambiens sur le sol congolais et titre : « Tanganyika : l'Assemblée provinciale confirme la présence des militaires zambiens "qui se disputent certaines localités avec des Congolais" ». Dans un entretien accordé, vendredi 2 octobre 2020 à 7SUR7.CD, Alvard Luvuli Kutuli, vice-président de l'Assemblée provinciale du Tanganyika confirme la présence des troupes zambiennes sur le sol congolais, rapporte ce média. Pour résoudre la question, Alvard Luvuli Kutuli affirme que jusque-là, c'est toujours l'option diplomatique qui est privilégiée. Pour lui, « les deux parties se disputent certaines localités situées le longue de la frontière avec la Zambie ». « D'après le constat fait par le ministre de la défense qui était descendu sur place, les zambiens sont toujours là. Ils n'ont pas franchi la frontière. Ils se disputent avec les Congolais certaines localités. La cinfusion règne", a confié Alvard Luvuli Kuluta, dans 7SUR7.CD.

Dido Nsapu


(DN/PKF)