Mike Hammer, ambassadeur des Etats-Unis en République démocratique du Congo, a reconnu n’avoir jamais su que l'installation du bourgmestre de Minembwe était controversée. "Je ne savais pas qu'il y aura des controverses avec ce que le ministre (Azarias Ruberwa) a fait" en installant le bourgmestre de la commune de Minembwe au Sud-Kivu.

Présent lors de cette installation, Mike Hammer a rappelé que "comme je l'avais fait partout dans le pays où il y a des problèmes sécuritaires et humanitaires, c'était très important d'aller voir moi-même quelle est la situation".

À l'issue d'une audience avec le Chef de l'Etat, en séjour à Goma au Nord-Kivu, Mike Hammer a insisté sur le fait que "mon voyage était spécifique. C'était pour voir quelles sont les préoccupations de la population au Sud-Kivu".

Il a révélé même que "les communautés m'ont dit qu'il y a des problèmes sécuritaires. Elles m'ont aussi dit que la situation humanitaire était grave". Pour Mike Hammer, "le soutien des États-Unis commence par le peuple Congolais partout où ils sont".

Des réactions à Uvira

L’installation officielle des animateurs de la commune de Minembwe a également continué à susciter des réactions. Le prélat catholique d’Uvira, Mgr Sébastien-Joseph Muyengo Mulombe, n’a pas été en reste.

Alors que le débat était jusque-là au niveau de la classe politique, il s’est aussi invité au débat. Pour lui, l’érection de Minembwe en commune rurale est une tentative de créer tout un territoire pour les membres de la communauté Banyamulenge, identifiés comme des Congolais d’origine rwandaise et d’ethnie tutsi.

Ce qu’il qualifie d’une humiliation. Sans oublier de fustiger l’installation officielle du bourgmestre de cette municipalité, Gady Mukiza, et de son adjoint. C’était au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le lundi 5 octobre dernier à la paroisse Sainte Anne dans la commune de Gombe à Kinshasa.

C'est dans un contexte d'insécurité ambiante sur fond d'affrontements récurrents entre des milices Mai-Mai réfractaires à l'érection de Minembwe comme commune rurale et la coalition des groupes armés Ngumino, Makanika, Twigwaheno, Adroid, etc., favorable à ce projet, que l'autorité urbaine de cette nouvelle juridiction a été installée.

Raymond Okeseleke


(ROL/PKF)