Les salles des classes vont s’ouvrir comme chaque année en espaces clos, le lundi 12 octobre 2020. Ce sera le début des activités scolaires qui seront lancées sur toute l’étendue du territoire national. Pour peu que l’on puisse dire, aucune disposition particulière n’est envisagée à ces jours en vue de préserver les enfants contre des risques de contamination à la Covid-19, si l’on en croit des sources proches des établissements scolaires fréquentés.

Néanmoins, la plupart des parents s’en fichent. Les espaces ne sont pas organisés d’avance de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves. Dans les espaces extérieurs, la distanciation physique ne va guère s’appliquer.

Les Bleus-blancs qui vont se remettre  sur le  chemin  de l’école, après avoir passé plus de six mois d’inactivité à la maison, sont tous dans cette fièvre. Leurs déplacements pour se rendre à l’école ainsi qu’en classe lorsque la distanciation d’un mètre ne peut être garantie, la question importe peu, si l’on en croit certains de leurs tuteurs.

Pour d’autres, les gestes barrière doivent être appliqués en permanence, partout, et par tout le monde. À l’heure actuelle, ce sont les mesures de prévention individuelles les plus efficaces contre la propagation du virus.

Cependant, le déroulement de la journée et des activités scolaires doit être organisé pour limiter les regroupements et les croisements importants. Les arrivées et départs sont particulièrement à étudier pour limiter au maximum les regroupements d'élèves et/ou de parents.

Les locaux doivent être aérés aussi souvent que possible et pendant. Les salles de classe ainsi que tous les autres locaux doivent être occupés pendant la journée et leur aération le matin avant l'arrivée des élèves, pendant chaque récréation et pendant le nettoyage des locaux.

La désinfection des locaux et matériels n’est même pas au rendez-vous. Un nettoyage de sols et des grandes surfaces (tables, bureaux) n’est même pas réalisé. Encore moins, aucune désinfection des surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et les personnels dans tous les espaces communs (les poignées de portes, par exemple), entre autres.

Raymond Okeseleke


(ROL/PKF)