« Minembwe : Félix Tshisekedi désamorce la grogne ! », titre LA PROSPERITE. Après l’installation du bourgmestre de Minembwe et les vives réactions qui ont suivi, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi vient enfin de trancher au sujet de l’érection de Minembwe en commune rurale. « Pour moi, le salut du peuple est la loi suprême. Je ne peux laisser mon peuple en danger. J’ai décidé d’annuler ce qui a été fait jusqu’ici pour Minembwe », a fait savoir le premier de Congolais au cours d’un point de presse le jeudi 8 octobre à Goma.

Commentant cette prise de position, LA PROSPERITE note que le chef de l’Etat a une fois de plus prêté oreille à la masse, celle qui l’a aidé jusque-là à refouler les initiatives aux conséquences fâcheuses pour la population, mettant parfois son autorité en jeu.

Sous le titre : « Minembwe : Tshisekedi annule tout », AFRICANEWS rapporte que ce vendredi 09 octobre, la question de Minembwe sera inscrite à l’ordre du jour du Conseil des ministres. Le Président Félix Tshisekedi, qui a décidé d’annuler ce qui a été fait jusqu’ici pour Minembwe, a annoncé la mise sur pied d’une commission des experts scientifiques non originaires avec mission de retracer toutes les limites du territoire. Ces experts vont travailler avec l'appui des autochtones.

CONGO NOUVEAU se demande si Ruberwa est sur les traces de Tunda. Le confrère rapporte que le Président Félix Tshisekedi a avoué n’avoir pas été mis au courant de l’installation par le ministre de la Décentralisation Azarias Ruberwa, des autorités administratives à Minembwe, fait par ailleurs commune rurale.

Pour CONGO NOUVEAU, la démarche de Ruberwa rappelle celle qui avait coûté le poste au vice-Premier ministre en charge de la Justice, Tunda Ya Kasende, dans l’affaire de la réforme judiciaire.

Le même sort attend-t-il Ruberwa. Noël Tshiani, ancien candidat à la présidence de la République, estime que « une faute aussi gravissime ne doit pas restée impunie. Ruberwa est resté trop longtemps ministre de la Décentralisation et mérite d’aller se reposer ».

LE PHARE axe son titre leader sur la conférence de presse du chef de l’Etat à Goma, face-à-face au cours de laquelle les préoccupations des journalistes ont gravité autour de l’insécurité. Au chapitre du mini-sommet quadripartite de Goma, perçu par certains comme un non –événement, une rencontre sans impact réel sur la paix et la sécurité, Félix Tshisekedi s’est voulu positif, insistant sur sa nouvelle vision des relations entre pays voisins, laquelle devrait être fondée sur la « paix des braves », laquelle implique l’oubli du passé, et un engagement commun dans les efforts de pacification et de stabilisation, soubassement du développement.

Théodore Ngangu Ilenda


(TN/Yes)