« Reprise timide des cours hier à Kinshasa ». « C’est hier lundi que les bleu et blancs ont regagné le chemin de l’école ». Annoncée tambour battant, la rentrée scolaire   s’est avéré timide. Ce constat est celui du journal FORUM DES AS qui propose ce titre. A N’Djili, révèle ce journal, les enseignants ont été présents, les élèves absents. A 8 h 50, signale-t-il, la cour du complexe scolaire Lukaya est déserte, les bâtiments vides et silencieux. Une dizaine d’enseignants devisent dehors, attendant des élèves qui ne viendront pas en cette journée d’ordinaire bruyante.

Toujours au sujet de la rentrée scolaire, « Gratuité de l’enseignement : le double jeu de Bakonga », dénonce LE PHARE.  Enfin le secteur de l’Enseignement primaire, secondaire et Technique (EPST) se remet en mouvement avec le démarrage de la nouvelle année scolaire concrétisé-comme fixé dans le calendrier scolaire 2020-2021-hier lundi 12 octobre sur l’ensemble de la République démocratique du Congo, rapporte ce journal.

Ceci, poursuit ce dernier, après une paralysie  forcée de toutes les activités scolaires et académiques de sept mois (de mars à octobre 2020) imposée par la pandémie du Covid 2019. Incontestablement la vie humaine au-dessus de toutes considérations.

Interrogée sur l’application de la gratuité de l’Enseignement durant l’année scolaire l’année scolaire qui s’ouvre, Cécile Tshiyombo,(NDRL SG du Syndicat des enseignants du Congo « Syeco ») doute de la volonté réelle du ministre Willy Bakonga, de faire aboutir cette opportunité inespérée pour la jeunesse congolaise.

Elle a précisé que le ministre, sans tenir compte des normes établies et surtout de l’application de la gratuité de l’Enseignement, a créé anarchiquement des « Nouvelles provinces éducatives, de Nouvelles sous- divisions (ou sous provinces éducatives).

Dans son édito « Au prix de la gratuité », FORUM DES AS procède lui aussi à une dénonciation en écrivant : « La gratuité de l’enseignement coûte cher ! Très chef même. Plus qu’un simple oxymore, la triste réalité.» Notre confrère Sevrés de la contribution des parents, les professionnels de la craie  voient leurs revenus fondre comme neige au soleil. La faute à l’Etat qui peine à assurer l’exacte contrepartie de ce que les instituteurs et professeurs percevaient des parents, impute FORUM DES AS.

Et ce tabloïd de conclure en proposant: «Alors faute d’avoir des moyens pour faire la gratuité, autant faire la gratuité de ses moyens ».

«EPST : En réaction aux propos du Cardinal Ambongo,  Willy Bakonga opposé à toute démarche anti constitutionnelle », titre LA PROSPERITE.   Réagissant aux propos du Cardinal sur « la mise à l’écart des enseignants non catholiques des écoles conventionnées catholiques, Willy Bakonga a  rappelé ce lundi 12 octobre au Collège Saint Raphaël où il donnait le go à la reprise des cours, que la République démocratique du Congo est un Etat laïc et qu’il ne sera pas question d’interférer, d’abroger ou d’outrepasser cette loi reconnue sur toute l’étendue du territoire national, indique ce journal.

Dans un autre article qui porte le titre : « La rentrée scolaire rime avec les difficultés de transport en commun», LA PROSPERITE  décrit : « Tôt le matin, l’on pouvait apercevoir les bleu et blancs dans les rues de la capitale. Mais à côté de cette rentrée,  la difficulté du transport en commun devient croissante ».

Au sujet de la déclaration du chef de l’Etat d’établir  son quartier général à Goma, « La promesse de Fatshi de s’installer à Goma fait polémique sur les réseaux sociaux », selon FORUM DES AS.

Certains internautes congolais qualifient cette déclaration de démagogique. D’autres, non la considèrent comme une promesse de trop, note ce journal qui poursuit : « Tout bien considéré, des observateurs, à la suite de comédien, dramaturge et homme politique français, Philippe Géricault, déduisent qu’il est plus facile de critiquer que de créer et faire quelque chose soi-même.

Boni Tsala


(BTT/PKF)