«Suite à mes lourdes charges, j’ai décidé de céder le flambeau et remettre l’équipe aux supporters pour l’organisation d’une assemblée générale élective aux jours à venir. Merci pour la confiance placée en ma modeste personne durant ces 6 dernières années. Mon souhait est de voir cette grande équipe aller le plus loin que possible». C’est en ces termes que Pascal Mukuna a annoncé officiellement sa démission à la tête du club orange.

Issu de la dissidence au sein du DC Motema Pembe en 2014, le FC Renaissance a toujours été dirigé par Pascal Mukuna depuis sa création. L’homme était alors administrateur au sein du DCMP, avant de faire défection en compagnie notamment de Max Mayaka et Antoine Musanganya, deux anciens présidents de coordination du DCMP. Mais les deux derniers quitteront par après le nouveau club créé suite à une mésentente avec Pascal Mukuna.

Responsable des églises ACK (Assemblée chrétienne de Kinshasa), Pascal Mukuna est ces derniers temps très actifs sur la scène politique. Il vient de sortir à peine de la prison suite à une affaire présumée de « viol, détention illégale de documents parcellaires et menaces de mort » sur une certaine Mamie Tshibola, veuve de son ancien collaborateur à l’église.

A la tête d’un mouvement dénommé « Eveil Patriotique », il mène une campagne sans merci contre l’ancien président de la République, Joseph Kabila, à qui il attribue tous les maux du Congo, alors que lors de la présidentielle 2018 et avant, il était de son camp politique.

Ses nouveaux engagements politiques sont-ils à la base de cette démission ? Rien n’est moins sûr.

Socrate Nsimba


(SNK/Yes)