Un député du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata, a déclaré que les tests sanguins préliminaires ont révélé la présence de grandes quantités de plomb et de nickel.

Les patients présentent un large éventail de symptômes allant de la nausée à la perte de conscience, selon les médecins.

Cette épidémie survient alors que l'Inde continue de lutter contre la pandémie de covid 19 et affiche le deuxième plus grand nombre de cas de coronavirus au monde.

L'Andhra Pradesh est l'un des États les plus touchés par la covid : avec plus de 800 000 cas, ce qui en fait la troisième région la plus touchée du pays.

Mais la Covid-19 ne semble pas être la cause des hospitalisations du week-end. Le ministre de la santé de l'État, Alla Kali Krishna Srinivas, a déclaré que tous les patients sont testés négatifs pour le coronavirus.

M. Srinivas a déclaré que les échantillons de sang des patients n'ont révélé aucune preuve d'infection virale.

"Nous avons exclu un possible empoisonnement par contamination de l'eau ou pollution de l'air après que les fonctionnaires aient visité les zones où les gens sont tombés malades", a-t-il dit. "Il s'agit d'une maladie mystérieuse et seule une analyse en laboratoire permettra d'en révéler les causes".

Cependant, le député BJP GVL Narasimha Rao a envoyé un message texte aux journalistes locaux disant que les tests sanguins préliminaires, effectués par le All India Institute of Medical Sciences (Aiims) à Delhi, avaient montré que la plupart des échantillons contenaient du plomb, du nickel et d'autres métaux lourds.Un communiqué publié par le ministère indien de la santé indique que le vice-président Venkaiah Naidu s'est entretenu avec le directeur de l'Aiims, le principal hôpital public de l'Inde, et a été informé que des experts en contrôle des poisons étaient en contact avec les médecins de la ville d'Eluru, où la plupart des maladies se sont déclarées.

"Les personnes qui sont tombées malades, en particulier les enfants, se sont soudainement mises à vomir après s'être plaints de brûlures aux yeux. Certains d'entre eux se sont évanouis ou ont eu des crises d'épilepsie", a dit un médecin de l'hôpital gouvernemental d'Eluru au journal The Indian Express.

Selon les autorités, 500 cas ont été enregistrés jusqu'à présent - 300 d'entre eux ont été déclarés guéris tandis que 19 ont été transférés dans d'autres hôpitaux de l'État pour une meilleure prise en charge.

Le ministre en chef Jaganmohan Reddy a visité l'hôpital gouvernemental d'Eluru et a rencontré les patients en cours de traitement.

Des experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) devraient également arriver à Eluru pour des enquêtes plus approfondies, ont déclaré les responsables médicaux aux médias.

Le parti d'opposition Telugu Desam a demandé une enquête sur l'incident, insistant sur le fait qu'une pollution était à l'origine de la maladie mystérieuse.

BBC


(Yes)