Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a lancé un appel à la création des conditions propices au développement du secteur touristique en Rdc à l’occasion de l’ouverture à Kinshasa, le 15 décembre 2020 au Musée national du premier salon international du tourisme.

Pour le Président de la république, ce forum se veut un échange de réflexion, de partage d’expériences et de promotion du tourisme en Rdc.

Considéré comme 3ème secteur économique du monde, le tourisme est actuellement l’une des industries de service au monde et un puissant générateur de richesse et d’emploi.

Le tourisme en Rdc possède un énorme potentiel de transformation, de création d’emploi et de croissance lucrative, a dit en substance le premier citoyen congolais.

Dans le programme du Chef de l’Etat, le secteur du tourisme figure comme facteur de diversification économique.

Raison pour laquelle, dans le programme du gouvernement, il est un pilier de la croissance économique en vue d’en tirer pleinement avantage.

Cependant il sied de tout mettre en œuvre afin que le tourisme puisse contribuer à l’émergence du Congo.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a indiqué qu’il reste convaincu que les travaux de ce salon consacré à l’investissement et la promotion du tourisme en Rdc vont aborder les questions relatives aux enjeux sécuritaires, à la disponibilité des infrastructures touristiques, à la qualité du personnel des unités touristiques, à la diversification de l’offre touristique, aux investissements ainsi qu’à l’impact de la covid 19 sur le tourisme.

F. Tshisekedi a demandé au secteur public, privé et la société civile d’apporter les réponses appropriées en vue relever le défi du redécollage du tourisme.

Pour cela, il a pris l’engagement de suivre de près les conclusions et recommandations qui découleront de ces travaux car, a-t-il fait savoir que le tourisme est un secteur d’avenir et une source importante d’entrée des devises.

Pour sa part, le ministre du Tourisme, Yves Mbukulu Zola a précisé que la Rdc est un pays à grande biodiversité culturelle faunique et de flore et regorge en son sein 450 ethnies véritables sanctuaires pour de nombreuses espèces de plantes et d’animaux dont certaines sont endémiques comme le bonobo, l’Okapi, le rhinocéros blanc, le paon congolais, le gorille de montagne…

Ce potentiel, énuméré consacre la Rdc comme un havre touristique hors concurrence et exige de notre part une implication à tous les niveaux pour exploiter ce trésor naturel.

A ce sujet, a fait savoir le patron du tourisme, les efforts sont en train d’être menés dans le cadre de la conservation de ces espèces à travers la viabilisation de gestion de nos différents parcs et airs protégés.

Il a aussi précisé que le tourisme n’a pas loupé à la crise sanitaire qui frappe la terre.

Touchant de plein fouet tous les secteurs au rang desquels le tourisme se place comme l’un des plus frappé par ce fléau.

Ainsi, la Rdc face à cela, s’est résolue à ce défi en mettant sur pied un plan d’urgence de relance du tourisme post covid 19 qui accorde une priorité au développement du tourisme domestique.

Il sied de relever que le premier salon international du tourisme lancé le 15 va se clôturer le 17 décembre 2020 avec comme thème « investissement et promotion du tourisme en Rdc ».

A cet effet, plusieurs stands ont été érigés mettant en exergue les provinces de la Rdc avec leurs potentialités touristiques.

Gisèle Tshijuka


(GTM/Yes)