Au cours de l’entrevue, Marc Bonnefant a annoncé que l’USAID pourra apporter un appui important à la production de supports pédagogiques en vue de mener des actions de grande envergure pour soutenir l’enseignement à distance.

Au mois de juin dernier, l’USAID a pu distribuer plus de 40.000 postes récepteurs pour permettre aux élèves de l’intérieur du pays, où ni la télévision ni l’internet ne sont pas opérationnels, de suivre les cours à distance.

Des experts du ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, EPST, avaient déjà cogité sur les possibilités d’assurer les enseignements à distance en République démocratique du Congo, et ce, sans exiger de déplacement des élèves, de leurs domiciles vers les milieux scolaires.

Les chevronnés du secteur de l’enseignement en RD Congo ont convenu sur des options à prendre à court, moyen et long termes, afin de poursuivre les enseignements stoppés par la résurgence de la deuxième vague de la Covid-19. Elle s’est avérée beaucoup plus virulente que prévue.

Des sources concordantes, il revient qu’on a préconisé des propositions pour consolider et renforcer l’enseignement à distance expérimenté pendant la première vague de la Covid-19 sous formats audiovisuels via diverses plateformes et canaux de diffusion.

Il y a eu également question d’un vœu exprimé pour aller plus loin et envisager l’institutionnalisation de cette méthode d’enseignement à distance qui qui a fait ses preuves sous d’autres cieux.

L’implication des partenaires de l’éducation a été sollicitée en vue de faire appel à de nouvelles ressources humaines et financières pour appuyer le gouvernement congolais dans cette tâche qui s’annonce ardue du point de vue financier.

Raymond Okeseleke


(ROL/Yes)