Dans un communiqué rendu public le dimanche 7 février à Kinshasa par  le ministre de la Santé, Dr Eteni Longondo, ce communiqué souligne que l’Unicef participe également aux efforts visant à suivre et à retrouver toutes les personnes qui ont été en contact avec la personne touchée par cette épidémie.

Cette source indique en outre que l’Unicef travaille en collaboration avec les autorités sanitaires locales pour soutenir la mobilisation communautaire, les activités de décontamination et les mécanismes de contrôle de l’infection et son personnel est déjà à Beni et à Butembo pour soutenir la Division provinciale de la Santé du Nord-Kivu.

Elle signale qu’une autre équipe spécialisée en communication pour le développement de l’Unicef se rend dans la zone  touchée pour mobiliser la communauté, informer le public et soutenir les activités de suivi afin que les personnes devant recevoir le vaccin contre d’Ebola soient informées.

D’après les autorités sanitaires congolaises, le nouveau  cas d’Ebola est l’épouse d’un  survivant du virus Ebola   qui s’est rendue  le 1er  février au centre de santé de Biena, près Butembo,  au Nord-Kivu, qui présentait les symptômes d’Ebola.

Ce communiqué affirme que cette dame a été transférée à l’hôpital Matanda à Butembo après avoir été testée, le 3 février avant de rendre l’âme et un test a confirmé qu’elle était atteinte de la maladie.

Signalons que les provinces du Nord-Kivu, de l’Ituri et du Sud-Kivu avaient été touchées par la deuxième épidémie d’Ebola, qui avait fait 23 morts à partir du mois d’août de l’année  2018.

Elle a tué 2.287 personnes. 3.470  personnes ont été infectées dont 28% d’enfants .

Sylvie Meta


(SM/PKF)