C’était au cours d’une interview qu’il a accordée à une chaine privée de la place, faisant savoir que « lors de la première vague, on affirmait qu’il n’y avait pas de contaminations chez les enfants. Mais avec cette deuxième vague, quand vous allez à l’Institut national des recherches biomédicales (INRB) et quand vous consultez les données, il y a grand nombre d’enfants qui souffrent de cette maladie et qui en sont décédés », a-t-il dévoilé.

Le Dr Eteni a indiqué que « nous sommes en train d’atteindre le plateau. Bientôt, il y aura la baisse de la courbe. Il faudra que les enfants sachent que nous sommes en train de les protéger. Ils vont reprendre avec les études. Mais qu’ils soient patients ».

Toujours au cours de cet entretien sur radio Okapi, il a déclaré « nous pensons que nous allons maîtriser cette deuxième vague, nous sommes en train de nous sacrifier pour sauver des vies des Congolais. Il n’y aura pas d’année blanche. Ça je vous le confirme. Mais nous devons d’abord nous occuper de la santé de nos enfants. Car, on ne peut pas les exposer ».

A en croire le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, Willy Bakonga, il faut absolument protéger la santé de nos enfants de la deuxième vague de Coronavirus qui est une pandémie mortelle. Aujourd’hui, nous sommes venus échanger avec la Comité multisectoriel de lutte contre la Covid-19 pour voir si réellement les enfants peuvent reprendre les cours demain », a-t-il souligné.

Mais hélas, il y a beaucoup de cas de Covid qui sont déclarés, a dit le ministre de l’EPSP «  Les enfants sont les vecteurs de cette maladie. Il faut lier la sécurité de la santé des enfants avec la Covid-19. Il faut faire un effort pour préserver la santé de nos enfants. Nous ne pouvons pas rependre les cours demain. Sachez que la date de la reprise sera annoncée ultérieurement, a fait savoir Willy Bakonga.

Mais dans l’entretemps, les parents et les élèves doivent continuer à prendre leur mal en patience.

Gisèle Mbuyi


(GM/TN/Yes)